Contact

Info
Devis

Le bois brûle rapidement!

C’est faux ! Le bois a une très bonne résistance au feu. En brûlant, le bois forme en effet une couche de charbon qui devient un véritable bouclier thermique : la vitesse de carbonisation étant très lente et régulière, le matériau conserve ses propriétés de résistance sous cette couche de charbon et peut assurer plus longtemps la stabilité de la construction. Qui plus est, le bois ne dégage pas de fumées toxiques en brûlant. Ces deux caractéristiques peuvent notamment permettre une meilleure évacuation des occupants de la maison en cas d’incendie.


Le bois ne résiste pas au temps!

C’est faux ! À Londres, Westminster Hall, l’une des plus célèbres constructions en bois du Moyen-Âge, trône fièrement à côté de l’imposant Big Ben, mais, elle, date du XVe siècle ! Certains temples japonais ou églises du nord de l’Europe témoignent depuis le XIIe siècle de la solidité de leur matériau de construction. Le bois soutient en réalité la comparaison avec des matériaux aussi solides que le béton ou l’acier en termes de construction. Et si la maison en bois correspond à un mode de construction très courant en Amérique du nord et dans les pays scandinaves, c’est-à-dire dans des zones géographiques aux hivers rigoureux, c’est même que le bois résiste particulièrement bien à de nombreuses conditions extrêmes.


Le bois n'est pas robuste!

C’est faux ! Le bois peut supporter des charges très supérieures au béton armé, offrir une résistance étonnante aux chocs et bien amortir les vibrations, les maisons en bois se révèlent remarquablement solides lors des séismes. Pour les mêmes raisons, les mouvements de terrain, plus familiers sous les latitudes françaises, ont peu de prise sur des constructions en bois de qualité. Les structures en bois, lorsqu’elles ont été pensées à cet effet, présentent également une excellente résistance lors du passage de cyclones, le vent ayant moins de prise sur les murs et la toiture. Enfin, le bois résiste bien à de nombreux éléments a priori moins violents, mais tout aussi destructeurs à terme : le temps, l’humidité, les insectes etc.


Le bois est un mauvais isolant!

C’est faux ! C’est un excellent isolant thermique et un merveilleux isolant acoustique ! C’est un excellent thermique parce qu’elle ne conduit pas les flux thermiques, une maison en bois est beaucoup plus économique à chauffer pendant l’hiver et très agréable à vivre durant l’été. Non seulement le confort y est étonnant, mais le coût en matière de chauffage ou de climatisation est d’autant réduit. C’est un n merveilleux isolant acoustique, les qualités d’isolation acoustique du bois en font un matériau utilisé depuis longtemps pour la construction de nombreux opéras, salles de spectacle ou auditoriums.

Le Centre Canadien d’Architecture, à Montréal, n’a pas sans raison choisi de construire son auditorium tout en bois : il s’agissait tout simplement d’obtenir l’une des meilleures acoustiques du monde !


Le bois devient humide!

C’est faux ! Il est vrai que l’humidité est le principal problème de la maison à ossature en bois. Mais, son évacuation est aisé dès lors qu’on l’associe à une parfaite isolation thermique et une étanchéité à l'air. Une bonne ventilation et un pare-vapeur [installés directement sur l’isolation] sont les réponses au problème d’humidité dans une construction en bois.


Le bois est rustique!

C’est faux ! Le bois s’adapte à tout type de construction, qu’elle soit classique ou aux formes les plus fantaisistes. Vous trouvez un large éventail de produits en bois de toutes les formes et couleurs sur le marché. Le bois est sans doute le matériau de construction qui permet la plus grande créativité architecturale. La diversité des essences de bois, la souplesse intrinsèque du matériau et le perfectionnement des techniques de construction permettent d’obtenir des résultats très différents les uns des autres.


Le bois ne résiste pas aux insectes!

C’est faux ! A partir du moment où les règles de mises en œuvre et d'entretien sont respectées, le matériau bois résiste à tout. Par exemple, lors de la construction, le recours à du bois sec est la meilleure des mesures de préservation du bois. Aujourd'hui, les techniques de traitement permettent de réaliser une préservation efficace et définitive, mais aussi respectueuse de l'environnement. La lutte contre les xylophages, ces fâcheux insectes amateurs de bois, s'organise d'abord grâce à Dame Nature. Pour la plupart des utilisations, des essences comme le chêne, le châtaignier ou le mélèze n'ont besoin d'aucun traitement, de même que les bois d'agencement (lambris, parquets).Ensuite, il est préférable de respecter toutes les règles de l'art dans la conception de sa maison : choix des bois, traitements certifiés, mise en œuvre de qualité... Quant aux termites qui aiment tant l'ombre, l'humidité et les sous-sols, il suffit de s'en protéger par un traitement au sol.


Le bois est précaire!

C’est faux ! Durant sa vie, un arbre absorbe une grande quantité de CO2 qu’il restitue dans l’environnement sous la forme d’oxygène au cours de la photosynthèse. La sylviculture, entrevue comme une démarche de développement durable, participe à l’assainissement de l’atmosphère : les forêts sont exploitées dans le cadre d’une vision à court, moyen et long terme pour absorber une part importante de nos émissions en gaz carbonique et lutter ainsi contre l’effet de serre. La production de bois en fait le matériau de construction écologique.


Le bois est cher!

C’est faux ! Construire une maison en bois est un projet beaucoup plus économique que l'on pourrait imaginer, bien que le bois soit un plus cher que les autres matériaux. Il reste tout de même très accessible… A surface identique, l’habitat en bois a un surcout d’environ 5 %. Ces 5% qui seront très vite amortis grâce à rapidité de construction et à la faible consommation énergétique.